Linogravure à la Nativ’Art - Le Lumière

Linogravure à la Nativ’Art


Linogravure à la Nativ’Art


« Comme une cuillère dans un kiwi. » C’est sans doute l’expression que retiendront ceux qui se sont essayés à la linogravure jeudi dernier, au bar Le Paradox lors de la Nativ’Art.


Focus : Louise Destables, Artiste étudiante


C’était lors de la Nativ’Art organisée jeudi dernier au bar associatif Le Paradox, dans le 1er arrondissement de Lyon, que de nombreuses personnes ont pu s’essayer à la « linogravure », sous la tutelle de Louise Destables, étudiante à Lyon 2.


© 2019 L. DESTABLES

La linogravure, c’est un procédé qui s’apparente à la gravure sur bois. Cependant, au lieu du traditionnel matériau si dur à travailler pour les novices, des plaques en caoutchouc (ou en linoleum), plus flexibles, font office de support pour creuser le motif voulu. De l’encre est ensuite appliquée sur les plaques gravées qui serviront ainsi à « imprimer » les motifs sur du papier.

A l’aide de ses gouges, Louise D. a ainsi pu présenter et expliquer à de nombreux curieux comment pratiquer cette forme d’art méconnue. C’était la première fois que la jeune artiste autodidacte était invitée à présenter son travail. Si tenir un atelier dans ce type de soirée semblait être un défi, quand le bar ferme finalement ses portes après 22h00, elle n’est pas peu fière du succès rencontré. Les retours positifs de ses clients de la soirée l’encouragent à poursuivre son art et à renouveler ce genre de présentation.


© 2019 L. DESTABLES


Lors d’un rare moment de calme, elle se confie :

« Ce que je trouve cool, c’est que les gens vont peut-être rentrer chez eux et avoir envie de réessayer, ils vont acheter le matériel et vont s’y mettre comme moi ! ».

Plus que pour l’argent, cette soirée était pour elle l’occasion de présenter une forme d’art jeune et assez méconnue, qui fait pourtant partie intégrante de sa vie d’étudiante.

Ce qui est sûr, c’est que concentration et rigueur étaient de mise pour les nombreux curieux ambitieux, désireux de graver leur propre motif et embrasser le temps d’une soirée, la vie d’un artiste.


© 2019 L. DESTABLES

La Nativ’Art :

Organisée par le collectif Morpheus Production, la Nativ’Art au Paradox visait à rendre visible de jeunes artistes et promouvoir leur travail. Ce soir-là, la linogravure côtoyait ainsi les œuvres picturales d’une autre artiste, le tout sur un fond de musique techno proposé par des jeunes DJs dans le sous-sol du bar. Arts, bières et bonne humeur étaient au rendez-vous ce soir-là, pour le plus grand plaisir des clients et des organisateurs.

Retrouvez l’artiste et ses œuvres sur Instagram