Leonardo et ses inventions à Lyon - Le Lumière

Expo : Léonardo et ses inventions, à Lyon !


La Sucrière, sur les Berges de la Saône, 49 Quai Rambaud non loin de la confluence, accueille en ce moment une exposition : « Da Vinci, les inventions d’un génie ». Installée depuis le 13 septembre, elle perdurera jusqu’au 13 Janvier 2019. Cette exposition ambulante a fait à Lyon, jusqu’alors, plus de 40 000 entrées.

C’est une exposition privée mais elle propose notamment un tarif étudiant de 8 euros. Ses portes s’ouvrent du mardi au dimanche de 10h à 18h.

Pourquoi voir cette exposition ?

Parce qu’elle se centre sur le côté inventeur de génie de Leonardo, que l’on connait un peu, mais beaucoup moins que son côté artiste de génie. On trouve alors le détail de toutes ses inventions, ses pensées prémices du vélo, de l’hélicoptère ou même de la voiture. On découvre la diversité immense des domaines qui l’ont intéressé : la guerre, les ponts, le vol, la navigation, l’anatomie… Sont exposées ses planches, ses écrits, ses théories que l’on ne peut lire directement mais dont on observe la beauté de la calligraphie et celle du graphisme des dessins réalisés pour illustrer les propos.

Dessin d’une machine de siège, Leonardo Da Vinci

 

Tous les mécanismes inventés sont reconstitués sous forme de maquettes de bois, tout est concret pour notre œil, on peut même activer certaines maquettes (peut-être pas assez d’ailleurs ?). Tous les écriteaux sont très complets, quitte à se répéter parfois, inscrivant toutes inventions dans le contexte précis de la vie de l’inventeur. On comprend ses motivations, ses conditions de travail. Chaque mécanisme est expliqué dans le détail quant à son fonctionnement (parfois semblent manquer certains détails quant à son utilité précise, mais ils se devinent facilement).

On a donc toute l’histoire de la vie de Leonard qui nous est racontée, ses nombreux voyages, ses rencontres avec les grands d’Italie et de France. Tout cela est comme un conte, fascinante, presque magique où l’on essaye de comprendre comment se construit un tel être humain.

Quant à la peinture :

Aucune véritable œuvre de Leonard, on trouve cependant des reproductions des tableaux de Da Vinci et notamment de la Cena, en grandeur nature, ça vaut quand même bien le coup. On nous parle de toute l’histoire de la Joconde, de ses voyages, de ses anecdotes drôles et de celles moins drôles. On nous raconte l’histoire du tableau controversé « Salvator Mundi », peinture vendue la plus chère au monde (450 Millions de $).

La cena, Leonardo Da Vinci

 

On découvre le travail de Antonio Nunziante, peintre intriguant et formidable de technique, qui a créé une quinzaine d’œuvres spécialement pour l’exposition. Il se donne le défit d’adopter toutes les techniques et toutes les conditions de création, de peinture, dans lesquelles se trouvait Leonardo. Il s’agit de n’avoir rien de plus que lui, rien de moins non plus. Il utilise donc des pigments anciens, de l’œuf comme liant, les mêmes techniques de composition comme celle des glacis successifs pour l’effet de « sfumato » (sorte de fondu des lignes, petit flou) dont Da Vinci est le précurseur. On découvre alors une série de tableaux qui mime l’évolution de la création picturale de la Joconde, cela a son intérêt. On trouve aussi de très belles pièces de Nunziante qui prouvent la vivacité des couleurs des tableaux de la Renaissance : aujourd’hui les couleurs se sont ternies avec le temps, mais il s’agit de comprendre que les couleurs ont auparavant été toutes autres, c’est frappant dans l’exposition.

 

Antonio Nunziante, Camera segreta di Maria de Medici, image extraite du site : https://nunzianteantonio.com/it/paints/#iLightbox[gallery_image_1]/1

 

 

———————————————–

Le site de la Sucrière ici. 

Le site de Antonio Nunziante ici.