Le passé au présent - Le Lumière

Le passé au présent


« Elle s’appelait Sarah » de Tatiana de Rosnay

source : laprocure.com

En ces temps où chacun cherche à s’occuper comme il le peut, voici une nouvelle idée lecture : « Elle s’appelait Sarah » de Tatiana de Rosnay.

De quoi ça parle ?

C’est l’histoire de deux femmes. L’une, Sarah, a onze ans, l’autre, Julia, en a 45. C’est l’histoire de deux époques. L’une en 1942, l’autre en 2002. C’est l’histoire de deux mondes. L’un est juif, l’autre est américain. C’est l’histoire d’un pays, de la France.

Pourquoi faut-il lire ce livre?

Avant tout il faut se poser une question. Qui de nous, Français, connaît les terribles événements qui ont eu lieu le 16 et 17 juillet 1942? Qui, au collège ou au lycée, a entendu plus que « En juillet 1942, il y a eu la rafle du Vél d’H’iv. »? Plus qu’une phrase? Qui sait comment cela s’est réellement passé ? Qui sait que ce sont les policiers français qui allaient chercher les juifs et les enfermaient dans ce vélodrome, sous l’ordre du gouvernement français? Que ce ne sont pas les nazis directement qui ont organisé cette rafle ? Qui sait les terribles conditions de vie (si on peut dire « de vie ») dans lesquelles plus de 13 000 personnes ont été détenues ?

Trop peu le savent. Les survivants et enfants de survivants ? Mais ils sont si peu. Très peu le sait parce que pendant longtemps la France ne voulait pas admettre ses responsabilités. Et maintenant encore on voit à travers les programmes scolaires qu’il ne faut pas trop en parler. C’est trop dérangeant. Alors il faut tomber sur ce genre de livre, de vérité pour comprendre. Comprendre et ressentir ce que d’autres ont vécu.

L’histoire du livre ne tourne pas seulement autour de ce tragique passage historique. Ce serait trop « simple ». Il aborde tous les aspects que la Deuxième Guerre Mondiale : collaboration, camp de concentration, de déportation, dénonciation, retour d’après-guerre, l’oubli, les Justes. Tout.

Des chapitres qui donnent l’impression d’une correspondance entre deux femmes qui ne se connaissent pas et qui pourtant auront un lien improbable. L’auteure, à travers des chapitres courts et une histoire mêlée d’intrigue et de description, sait retenir le lecteur. Vous n’aurez de cesse que de découvrir ce secret, ce lien qui les unit. Plus encore, elle sait faire prendre conscience des choses en identifiant le lecteur au personnage. Bien que certaines révélations soient reçues comme un choc, tant on ne s’y attend pas.

Le titre est Elle s’appelait Sarah. Sauf que non. Elle s’appelle Sarah et ils s’appelleront tous, toujours. Ils porteront toujours leurs noms. Personnellement, maintenant que je sais, je n’oublierais pas. Elle s’appelle Sarah.

Et si on ne peut pas se le procurer en livre ?

Alors heureusement pour vous, le livre a été adapté au cinéma et a reçu d’excellentes critiques. Alors pas d’excuse ! 😉