Vérité et Justice pour Adama Traoré - Le Lumière

Vérité et Justice pour Adama Traoré


Il est 19h05 ce 19 juillet 2016 lorsque Adama Traoré, le jour de son 24ème anniversaire, est déclaré mort par les secours. Les circonstances de sa mort restent pourtant floues. Asphyxie ? Crise cardiaque ? Infection ? Personne ne semble s’accorder sur ce point. La famille Traoré réclame vérité et justice.

Adama Traoré a subi une violente interpellation, injustifiée et ayant entraîné la mort, par les gendarmes de Persan (Val-d’Oise). Une bavure policière qui reste sous silence.

Tout d’abord le procureur de la République de Pontoise et ses déclarations mensongères évoquent un « malaise cardiaque » puis « une infection très grave touchant plusieurs organes » et des « égratinures ». Des déclarations qui ne concordent pas avec le résultat des autopsies, des informations manipulées par Yves Jannier. Magistrat par ailleurs récemment muté (sa demande a été faite en 2014) à un poste équivalent à celui qu’il occupait, en tant qu’avocat général à Paris, ce qui est loin d’être une sanction malgré les évènements.
La famille Traoré a demandé de nombreuses contre-expertises à la suite des résultats. En effet, Adama Traoré aurait été victime du « contrôle dorsal costal », technique interdite dans certains pays pour sa violence, ce que les rapports ne mentionnent pas. Les gendarmes étaient au nombre de trois sur Adama Traoré lors de son interpellation, affirmant qu’ils ont employé « la force strictement nécessaire pour le maîtriser », celui-ci plaqué au sol. La famille Traoré a donc porté plainte pour « dénonciation calomnieuses » et « dissimulation de preuves », tel que le tee-shirt d’un policier maculé de sang.

L’affaire Adama Traoré ce n’est pas seulement un fait divers, c’est un véritable scandale judiciaire. Des détails manquent à l’affaire comme pour ne pas remettre en cause la responsabilité des gendarmes et faire taire les violences policières. Entre 17h45, arrivée d’Adama Traoré à la gendarmerie, et 19h05, heure prononcée de son décès, ce qui s’est passé reste flou et le rapport du SMUR reste manquant. Le rapport de la police technique et scientifique concernant le véhicule des gendarmes où Adama aurait fait un malaise reste également introuvable.

Mais les langues se délient et la vérité apparait. Le témoignage du pompier présent à la gendarmerie est primordial pour l’avancée de l’affaire, retranscrit juste ici : http://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/l-affaire-traore.html
Les gendarmes ont de leur côté des déclarations changeantes. Des gendarmes qui affirment à sa mère qu’Adama est à l’hôpital suite à une crise ou encore qu’il est en cellule alors qu’il était déjà mort. Malgré son état critique suite à l’interpellation, Adama Traoré est emmené au poste de police. La prise de stupéfiants est aussi évoquée pour justifier sa violente interpellation.
Le parquet de Pontoise à même ouvert une enquête pour « infraction de rébellion » le lendemain de la mort d’Adama Traoré, soit le 20 juillet 2016, alors qu’il est légalement impossible de poursuivre une personne décédée.

un-homme-suspend-une-banniere-avec-une-photo-d-adama-traore-devant-la-gare-du-nord-a-paris-le-30-juillet-2016_5645611

Par la suite, Bagui et Youssouf Traoré ont été condamné respectivement à 8 et 6 mois de prison (dont trois avec sursis) pour « violences et outrages contre des policiers » en marge d’un conseil municipal alors qu’ils voulaient protester contre la maire qui veut faire prendre en charge ses frais d’avocat par la municipalité. Frais de justice après sa plainte contre Assa Traoré pour « diffamation ». Bagui Traoré est aussi interdit de séjour à Beaumont-sur-Oise pendant deux ans alors que sa famille y réside.
Youssouf s’explique pour la première fois depuis sa sortie de prison : http://www.clique.tv/clique-justicepouradama/

Assa Traoré, devenue porte-parole de la lutte contre les violences policières, a également rappelé le combat pour la vérité pour lequel sa famille se bat, en endossant le rôle de Présidente de la République pour les vœux de fin d’année du journal Mediapart.
Les vœux d’Assa Traoré à retrouver ici : https://m.youtube.com/watch?v=fa-Ux6Jz3nE

Adama Traoré