Trump face au mur ? - Le Lumière

Trump face au mur ?


Donald Trump, officiellement président des États-Unis depuis son investiture du 20 Janvier 2017, a réussi en à peine quelques à bousculer toute l’Amérique, mais également le monde entier lors de la constitution de son gouvernement ou bien en annonçant une vague de mesures plus ou moins controversées. Que faut-il retenir un mois après son accession au pouvoir ?

 

Donald Trump qui fait la moue

© Libération

Par où commencer ?

Donald Trump. Président depuis seulement un mois et quasiment un scandale par jour, si ce n’est plus. Il y en a des choses à dire, on ne sait plus où donner de la tête. Bien avant son élection on entendait déjà parler de lui : fraude, sexisme, machisme, propos virulents, de nombreuses affaires ont fait faire le buzz à Trump.

C’est d’ailleurs ce buzz médiatique incessant qui a servi sa campagne électorale, en positif ou en négatif, on parlait tout le temps de lui. Et c’est aujourd’hui toujours le cas.

Voici une liste non-exhaustive des choses qu’a annoncées/faites/subies Donald Trump depuis 1 mois, afin de s’y retrouver un petit peu mieux.

 

Écologie

Trump est un climato-sceptique avéré, et a déjà déclaré officiellement qu’il ne croyait pas au réchauffement climatique. Il dit que ce serait « une invention de la Chine pour rendre les États-Unis moins compétitifs ». Il a donc nommé à la tête de l’Agence de l’environnement Scott Pruitt, une personne niant totalement que l’Homme a un impact sur le réchauffement de la planète.

 

Immigration

Une des mesures phares qu’il annonçait était la construction d’un mur entre les États-Unis et le Mexique. Donald Trump a donc confirmé que celle-ci aurait lieu, mais également que le financement de cette construction serait assuré par.. le Mexique lui-même. Le président mexicain Enrique Peña Nieto, dès l’annonce de cette mesure, a directement répondu que jamais le Mexique ne financerait une telle construction et a annulé la visite qui était prévue le lendemain avec le président Américain.

Une autre idée de Donald Trump est de recenser et publier crimes commis par immigrés illégaux. Cependant, comme la majorité des décrets qu’il annonce, celui-ci est loin de faire l’unanimité et a provoqué de vives réactions auprès des associations de Défense des Droits de l’Homme.

Enfin, LA mesure dont tout le monde a entendu parler est celle que l’on a nommée Muslim Ban. Son but était d’interdire l’entrée aux USA dans les 3 prochains mois aux personnes venant d’Irak, d’Iran, de la Libye, de la Somalie, du Soudan, de la Syrie et du Yémen, et ce même si les personnes concernées étaient détentrices d’un Visa. Le décret annonce également la fin du plan d’aide aux réfugiés Syrien. Ce décret a donc été bloqué par la justice. Trump, pas très content qu’on lui tienne tête, a annoncé qu’il écrivait un autre décret anti immigration qui serait très strict, sans parler d’interdiction totale.

 

Santé

Ayant toujours affiché son opposition à l’Obama Care, le système de santé qu’avait mis en place Obama, il a signé un décret dès le début de son investiture pour en limiter les effets et subventionner au minimum cette mesure.

Géopolitique

Donald Trump avait pour projet de déplacer l’ambassade Américaine à Jérusalem. Un problème cependant, ce geste a une énorme symbolique dans le contexte qu’est le conflit israélo-palestinien. Jérusalem est la capitale d’Israël selon le parlement Israélien, la KNESSET. Pour des raisons politiques, les ambassades sont situées à Tel-Aviv-Jaffa.Ce transfert ferait de Jérusalem la capitale officielle d’Israël alors que ce n’est pas le cas pour le moment. Il semble que ce déménagement ne soit plus d’actualité et que le président américain se soit rétracté.

Dirigeons nous vers Taïwan. Trump a appelé la présidente de ce pays, qui est revendiqué depuis des années par la République populaire de Chine. Depuis des années, afin de ne pas créer de tensions diplomatiques avec la Chine, les États-Unis ont toujours évité d’avoir des contacts avec elle. Cependant entretenir des contacts avec Taïwan a été très mal perçu par la Chine. Après avoir discuté avec le gouvernement chinois, Donald Trump a affirmé laisser désormais Taïwan tranquille.

Donald Trump a annoncé qu’il voulait remettre en cause droit à l’avortement dans le monde. Il parle de supprimer le financement pour toutes les ONG défendant ce droit et aidant les personnes à avorter. Par cette annonce, il a donc déclenché un gros mouvement de contestation dans le pays. D’ailleurs cet acte s’ajoute à la liste de tous les dérapages (assumés) de Donald Trump en matière de droit des femmes.

Médias

Donald Trump est en guerre contre les médias qu’il juge corrompus et qui ne diffusent que de fausses informations (fake news). Il a notamment refusé de donner la parole à un journaliste de CNN lors d’une conférence. Il cible particulièrement CNN mais aussi le New York Times, qui selon ses dires font de la propagande contre lui. Bien qu’énormément de ses décrets et de ses idées soient bloquées ou mises en attente pour le moment, la liberté d’expression du pays n’a pas de beaux jours devant elle.

Le 16 février, Donald Trump donne une conférence de presse inattendue. Dans celle-ci, il s’acharne violemment sur les médias, les accusant tous de répandre de fausses informations et de desservir le peuple américain. Il va même jusqu’à les accuser d’interférer dans ses relations avec la Russie et Vladimir Poutine et de semer le chaos dans le pays.

 

Il est assez difficile de suivre tous les jours ce qu’il se passe avec Donald Trump. De nombreux sites américains consacrent une page spéciale aux 100 premiers jours de Donald Trump en tant que président. Fox News, le Washington Post, Reuters.. Mais l’une des pages les plus drôles est celle du Guardian. Elle affiche en temps réel le nombre de kilomètres de mur construit, de Tweet en tant que président, et d’autres informations assez sympathiques. Une manière assez légère de s’informer d’informations un peu plus lourdes. Vous pouvez y accéder ici

Screenshot de la page spéciale sur Trump du site The Guardian

© Site du Guardian

Très controversé, avec déjà un ministre démissionnaire, quel est donc l’avenir pour Donald Trump ? Un mois après sa prise de fonction, le président parait imprévisible et déterminé. Acharné à faire passer ses idées coûte que coûte, il ne reculera devant rien. Mais son entêtement peut-il le mener à à une mesure d’impeachment et se fera-t-il destituer du pouvoir ? Aujourd’hui tout est encore flou, et les prochaines semaines américaines risquent d’être scrutées, encore une fois, par le monde entier.