L'appel à l'aide d'SOS méditerranée pour sauver l'Aquarius - Le Lumière

L’appel à l’aide d’SOS méditerranée pour sauver l’Aquarius


Aujourd’hui en France mais aussi à Bruxelles, Berlin, Madrid, Palerme, des dizaines de milliers de personnes répondent à l’appel d’SOS méditerranée et ce sont rassemblés pour dénoncer et soutenir la situation de l’Aquarius.

 

Une asso jeune et une mission qui coûte chère :

L’association européenne « SOS méditerranée » est créée en juin 2015 en Allemagne par Klaus Vogel et Sophie Beau. Elle opère avec le navire « Aquarius » et « médecin sans frontière », en mer méditerranée pour sauver des milliers de migrants en détresse qui chaque année  disparaissent dans ces eaux (22.000 depuis 2000). Le navire humanitaire a réussi depuis 2 ans et demi à sauver presque 30.000 migrants. Pour pouvoir agir quotidiennement l’association dépend des dons du grand public, puisqu’une journée en mer coûte 11.000 euros. Mais aujourd’hui une opposition grandissante et une manœuvre politique pour supprimer les ONG agissant en méditerranée prend forme et menace l’existence d’SOS méditerranée.

Une mission qui ne plait pas à tous :

Sous pression du gouvernement Italien, le Panama retire le 22 septembre 2018 le pavillon au navire Aquarius. Il est donc contraint de rester aux quais du port marseillais le temps de retrouver un pavillon. L’association dénonce les manœuvres politiques pour mettre fin à leurs missions de recherche et de sauvetage. SOS méditerranée demande à l’Europe d’agir et de donner un pavillon à « l’Aquarius » pour ne pas donner victoire à l’extrême droite.

Pour faire face à cette opposition envers eux, l’association décide de mettre en ligne une pétition en soutient à l’Aquarius et pour faire pression sur les Etats européens. Elle a déjà récolté plus de 210.000 signatures en une semaine. Mais aussi demande à tout les citoyens Français et européens de descendre dans la rue pour une « vague orange » citoyenne. Entre temps, les bureaux de l’association se sont fait occuper par l’organisation « génération identitaire ». Qui les dénonce de favoriser le trafic d’êtres-humains. SOS méditerranée condamne fermement cette action et continue de motiver à descendre dans la rue.

Point de vue d’une militante :

Danielle Tan est une des organisatrices du rassemblement citoyen qui a eu lieu à Lyon ce samedi, réunissant des centaines de personnes.

Elle se mobilise aujourd’hui car « il fallait répondre à l’appel, tous ensemble. C’est une situation actuelle et il faut agir au plus rapide pour interpeller sur cette situation ».

« l’Aquarius c’est uniquement des citoyens qui viennent sauver des gens en mer »

Ce rassemblement veut aussi que les « citoyens prennent leurs responsabilités en tant que citoyens ». Il s’agit maintenant de « faire pression sur les Etats Européens qui aujourd’hui sont hors-la-loi, et il faut qu’ils respectent le droit maritime et la législation européenne ». Les Etats « ne remplissent pas leurs devoirs » nous dit-elle. Les Etats Européens « doivent prendre leurs responsabilités ». Selon elle, le meilleur moyen de se mobiliser aujourd’hui est de « signer la pétition ». « Si on arrive à avoir une pétition avec des millions de gens pour donner un signal fort. Pour dire que la population n’est pas d’accord avec la politique que l’Europe mène aujourd’hui ». Cela pourra peut-être faire changer les choses. Prochainement Danielle Tan et d’autres citoyens vont mettre en oeuvre une cellule d’SOS méditerranée à Lyon.

Pendant le rassemblement on pouvait aussi faire la rencontre de personnes sauvées par l’Aquarius.

Partout ailleurs en France des rassemblements ont eu lieu en soutien à l’association, et particulièrement à Marseille, où siège l’association : entre 3.500 et 10.000 personnes réunies dans les rues de la cité phocéenne. Environ 40.000 à 50.000 au total sont descendues dans les rues en France.