Jeux Olympiques : Les histoires les plus folles ! - Le Lumière

Jeux Olympiques : Les histoires les plus folles !


Organisation internationale, athlètes du plus haut niveau, dépenses considérables et événement majeur, les Jeux Olympiques ont beau être un rendez-vous incontournable, il n’en demeure pas moins que quelques gaffes, bourdes et anecdotes les plus incroyables les unes que les autres ne se produisent.

  • 1900, Paris : L’épreuve de tir aux pigeons se faisaient avec de vrais oiseaux. De ce fait, 300 ont été tués et le médaillé d’or Belge, Leon de Lunden en a eu 21.
  • 1900, Paris : Cette année-là, les JO se sont déroulés en même temps que l’exposition universelle. De passage pour l’événement culturel, l’américaine Margaret Abbott se rend à un tournoi de Golf qu’elle croit organisé pour l’exposition et remporte le tournoi. Elle rentre alors chez elle aux Etats-Unis sans savoir qu’elle est championne olympique.
  • 1904, Saint-Louis : Durant l’épreuve de marathon, l’américain Fred Lotz souffre de crampes au kilomètre 15. L’idée lui vient alors dans une voiture qui le dépose à 8 kilomètres de l’arrivée. Il arrive donc à la ligne d’arrivée seul en tête. Alors qu’il commence à fêter sa victoire, le vrai vainqueur arrive et dénonce la supercherie :  » J’ai gagné puisque, parti en tête, je n’ai pas été dépassé ». Heureusement, le tricheur est démasqué et se fait exclure.
  • 1908, Londres : Marathon toujours, une étrange série d’abandons pendant l’épreuve. Tout d’abord, Tom Longboat, coureur Canadien est victime d’un malaise après 30km. Ensuite, celui qui est alors en tête de la course, l’australien Charles Efferon accepte une coupe de champagne à quelques centaines de mètres de l’arrivée qui le fait vomir.  Le dépasse l’italien Dorando Pietri qui, épuisé, se trompe de sens à l’arrivée au stade avant de s’évanouir plusieurs fois durant les 200 derniers mètres. Il finit la course porté et donc disqualifié.
  • 1912, Stockholm : L’équipe de football de Russie prend une véritable raclée 12-0 face à l’Allemagne. Se sentant humilié, le Tsar Nicolas II refuse de payer les billets retour de son équipe.
  • 1928, Amsterdam : Quart de finale d’aviron, l’américain Henry Pearce s’arrête en plein milieu pour laisser passer une famille de canards devant son bateau. Il réussit tout de même à se qualifier et surtout à remporter la médaille d’or.
  • 1932, Los Angeles : Les coureurs du steeple ont du faire un tour supplémentaire car l’arbitre s’était perdu dans son décompte du nombre de tours.
  • 1936, Berlin : L’allemand blond aux yeux bleus Luz Long est favori du concours de saut en longueur. Son principal adversaire n’est autre que l’afro-américain Jesse Owens. Ce dernier rate ses deux premiers essais en finale, l’allemand s’approche alors de lui et lui dit « Plutôt que de prendre des risques, ne saute pas trop près de la planche d’appel. Tu seras libéré et tu seras sûr de ne pas mordre la ligne. » Owens applique le conseil et saute à 8,06m, passe devant Long et termine premier du tournoi. L’allemand, dans un fair-play absolument remarquable, félicite le vainqueur. Tout ça sous les yeux… d’Adolf Hitler.
  • 1936, Berlin : Les USA affrontent le Canada et l’emporte sur le score minable de 19-8 (au Basket les scores tournent autour de 80-100 points par équipe). La raison ? Le match a eu lieu sur du sable, sous la pluie.

12625643_964732116947739_1702563734_n

  • 1960, Rome : Mohammed Ali devait s’envoler pour l’Italie et ainsi traverser l’Atlantique en avion. Stressé par le vol, il décide avant de partir d’acheter un parachute qu’il gardera dans l’avion en priant tout le long du voyage.
  • 1960, Rome : La délégation Tunisienne est représentée par trois athlètes qui vont tout trois tenter plusieurs épreuves ensemble. Tout d’abord l’équitation, sport dans lequel ils n’ont aucune expérience : les trois tombent du cheval. Ils s’essayent alors au tir mais sont disqualifiés car leurs balles finissent dangereusement à côté des juges. Pendant l’épreuve de natation, l’un d’eux est proche de se noyer et enfin pour finir, en escrime, seul l’un des trois savait manier l’épée. Il passe alors à la place de ses compatriotes sans enlever son masque. Sa ruse est démasquée et son équipe disqualifiée.
  • 1972, Munich : L’américain Mark Spitz écrase toute concurrence en natation remportant 7 médailles. Avant les JO, il n’avait pas rasé sa moustache. Pour plaisanter il avait raconter à ses homologues russes que la moustache déviait l’eau de sa bouche et lui permettait de mieux respirer. Il raconte alors « La fois d’après, tous les nageurs russes avaient la moustache ».
  • 1984, Los Angeles : McDonald’s lance une opération marketing. Elle donne à ses clients une carte qui consiste à offrir un soda si les Etats-Unis remportent une médaille de bronze, des frites pour l’argent et un Big Mac pour l’Or. Cette opération avait été calculée par rapport à la précédente édition. Coup de théatre, l’URSS boycotte les Jeux et les Etats-Unis surclassent tout le monde en remportant 174 médailles. McDonald’s perd alors des millions de dollars.
  • Séoul, 1988 : Depuis ces Jeux, il n’y a plus de lâché de Colombes durant la cérémonie d’ouverture. Pourquoi ? Cette année-là, les oiseaux se sont envolés en direction de la flamme qui s’est allumée quand ils sont passés au dessus.
  • Londres, 2012 : 70 000 préservatifs ont été distribués au village olympique pour les Jeux. Tous ont été utilisés. A Rio, 150 000 préservatifs sont prévus.

 

 

Image à la Une : pixabay.com
Dessin de Karim Salah pour Le Lumière.