Football : Une lyonnaise au mondial universitaire en Chine PRINT N°3 - Le Lumière

Football : Une lyonnaise au mondial universitaire en Chine PRINT N°3


 

[Cet article aurait dû sortir dans la version print, c’est-à-dire la version imprimée du journal.]

Lauriane Bachelet est une étudiante en Master 2 Justice, Procès, Procédure – Parcours Médiation à Lyon 2 ; elle est surtout une joueuse de haut niveau en football, au poste de Défenseur. Elle a fait partie de l’Équipe de France Universitaire qui est allée en Chine pendant la dernière semaine de septembre, pour un stage dans le cadre de la préparation aux Universadides 2017. Rencontre.
Quelles équipes étaient présentes ? Quels ont été les scores de ton équipe ?

Nous avons fait trois matchs, le premier était contre l’Université d’Architecture et de Technologie de Xi’An, nous nous sommes inclinées 2-0. Ensuite nous avons gagné face à l’Université des Postes et Télécommunications de Xi’An 3-1. Puis, lors notre dernier match, nous avons affronté la sélection des meilleures joueuses de la Province chinoise de Shaanxi, la rencontre s’est soldée sur un nul 0-0.
Es-tu satisfaite de votre résultat ?

Je suis assez satisfaite des résultats, même si nous aurions préféré gagner nos trois rencontres.
Je pense que nous avons fait une belle progression, que notre jeu a gagné en intensité et en fluidité au fil des rencontres. Nous avons eu très peu de temps pour apprendre à nous connaître, à créer des automatismes, à nous adapter aux systèmes de jeu… Je pense que nous n’avons pas été ridicules face à ces équipes qui ont l’habitude de jouer ensemble depuis plusieurs années, contrairement à nous.
Quelles étaient les consignes tactiques, stratégiques ? Quel était l’état d’esprit de l’équipe ?

Le coach nous a expliqué son système de jeu, sa vision, il nous a précisé ce qu’il attendait de nous, tant sur le plan défensif qu’offensif. Nous rappelant les valeurs, les principes et l’esprit de l’équipe de France Universitaire, il nous a mises dans les meilleures conditions afin d’aborder nos premières sélections le plus sereinement possible. L’état d’esprit de l’équipe était bon, on se rendait toutes bien compte de la chance et de l’opportunité qui s’offraient à nous. Nous étions toutes très fières de faire partie de cette sélection et de représenter notre pays et nous étions très motivées pour faire de notre mieux.
Depuis quel âge fais-tu du foot ? Comment as-tu géré sport et études ? J’ai commencé le foot en mixité dès la catégorie débutante à l’Olympique Rillieux, jusqu’aux -13 ans (nouvellement U13). Ensuite, U17 j’ai signé à Caluire pour jouer avec des filles, j’y suis restée 6 ans. Actuellement, j’entame ma quatrième saison au sein de l’Équipe Réserve de l’Olympique Lyonnais. Dès mon plus jeune âge j’ai dû concilier études et foot et je l’ai fait assez naturellement car le foot était une source de motivation. Je savais que mon travail scolaire devait être fait sérieusement pour que je puisse aller à mes entraînements. J’ai appris à gérer mon temps, à m’avancer dans mes devoirs pour parvenir à concilier mes études et ma passion.
Comment s’est passé le voyage ? Le voyage s’est très bien passé. Ce fut une expérience enrichissante. Nous sommes parties de Paris le Vendredi midi puis 24 heures après nous étions à l’autre bout du monde, à Xi’An en Chine. Le staff nous a laissé le temps de nous installer et de nous reposer le samedi après-midi afin de récupérer de ce long voyage. Pendant le séjour, nous avons visité le Mausolée de l’empereur Qin et son armée de soldats de terre cuite et le « Shaanxi Museum of Traditional Chinese Medicine » qui est une université chinoise de médecine. Lundi, la cérémonie d’ouverture s’est déroulée avec de nombreux discours en rapport avec le « dialogue franco-chinois de haut-niveau sur les échanges humains » et il y a eu les hymnes. Chanter la Marseillaise avec le maillot de l’Équipe de France sur les épaules restera un moment inoubliable et fort en émotion. Lundi, mardi et mercredi nous avions des matchs donc nos temps libres étaient essentiellement consacrés à la récupération, aux soins… Jeudi après-midi nous sommes allées dans une école primaire locale afin de partager des moments avec les enfants, un autre moment fort de mon séjour chinois. Fin de l’aventure vendredi, nous avons pris l’avion très tôt.

photo-individuelle-interview-2-1
T’es-tu rendue compte de la place que prend le football en Chine ?

Oui bien sûr ! Tout d’abord, de nombreux supporteurs étaient présents pour assister aux différentes rencontres. Nous avons visité quelques universités et nous avons pu voir de nombreuses infrastructures sportives, notamment un certain nombre de terrains de foot dans le campus. Lors du séjour, nous avons eu la chance de visiter une école primaire locale « Ma Teng Kong Primary School » où environ 300 enfants âgés de 6 à 10 ans avaient préparé un spectacle dans lequel ils nous montraient leurs aisances techniques et leurs talents footballistiques. Nous avons échangé et partagé avec eux sur notre passion commune du football à travers des exercices techniques tels que des slaloms, des passes, des tirs…
Le sport féminin se développe en France, c’est bon signe ou ce n’est qu’une mode ? Pourquoi a-t-il plus de mal à être médiatisé ?

Je ne pense pas que le développement du sport féminin en France ne soit qu’un phénomène de mode, au contraire. Le sport, dans son ensemble, est le reflet de notre société. Les mentalités ont évolué et la place des femmes a changé. Elle est davantage reconnue mais il reste encore à faire pour que le sport féminin (et plus particulièrement le football féminin) occupe la même place que le sport masculin. Celui-ci est médiatisé depuis très longtemps et occupe une place tellement importante que la part laissée au sport féminin reste limitée. Il faudra encore de nombreuses années pour que le sport féminin soit reconnu à sa juste valeur.
Dans le futur, souhaites-tu devenir pro ? Si non, quelle place prendra le foot dans ta vie ? Non je ne souhaite pas devenir professionnelle, mais le foot aura toujours une place importante dans ma vie. J’espère qu’au moins un de mes enfants aura la même passion, qu’il prendra la relève et que je l’accompagnerai au bord des terrains.