Festival de la DÉSélection à Lyon 2 - Le Lumière

Festival de la DÉSélection à Lyon 2


Vendredi matin, une vingtaine d’étudiants révoltés ont pris d’assaut le Conseil de Formation et de Vie Universitaire de l’Université Lumière Lyon 2. Récit d’une semaine mouvementée dans l’enseignement supérieur à Lyon.

 

MARDI

Les cent cinquante milles usagers des facs n’étaient pas tous présents Mardi dernier, lors des mouvements de foules, mais certains se sont réunis le soir, dans le bâtiment Bélénos de Lyon 2, pour parler action. Quant aux raisons de la mobilisation, les formes varient. Sont soulevées, les questions que pose l’application de la plateforme Parcoursup, celles inhérentes à la publication des « attendus » par les Universités, les modalités de sélection en Master, ou encore le projet « Initiative d’excellence » porté par l’UDL. Le consensus n’est pas à faire, les réformes de l’enseignement supérieur amorcées par le Plan ORE ne vont pas dans le sens des étudiants.

Après une manif de deux heures, le cortège a stagné devant le rectorat, Rue de Marseille, admiré par ceux postés aux fenêtres de la forteresse. L’ambiance était calme, presque solennelle, comme si, sous la pluie froide de février, le bastion Lyon 2 tombait aux mains de la privatisation de l’enseignement public, et ça sous le regard vigilant des CRS parfaitement coordonnés autour du bon déroulement de la lente chute.

Selon certains, il n’est pas trop tard. Les questions posées par une intervenante lors de l’Assemblée générale qui suivait l’évènement sont les suivantes : « Comment faire pour déplacer les étudiants ? L’absentéisme en cours ok mais là c’est inadmissible. »  et  « Quand est-ce qu’on commence à mettre le zbeul ? Marre de ce consensus mou autour de ces idées révolutionnaires. » La première réponse fut : un tract argumentaire. La seconde : arrêter la progression des instances de gouvernance à Lyon 2, plus précisément le prochain CFVU, le vendredi, qui doit voter la publication des attendus de chaque UFR à Lyon 2 pour l’entrée en Licence. 

 

MERCREDI / JEUDI

Les deux jours suivant sont d’abord marqués par un dossier sur l’enseignement sup’ par Le Monde. On peut lire : « depuis la réforme Devaquet personne ne s’y était risqué, mais c’est chose faite » au sujet parlant de la sélection un flot de modifications proposées de toute part concernant ledit papier à soumettre au vote : en effet, le conseil de l’UFR ASSP a, par exemple, fait passer une motion à l’unanimité ciblant la direction pédagogique et informative que se doit de tenir la formulation de ces attendus. Modification des textes, en plus des modifications rectorales, non plus sur l’idée que l’étudiant se devait d’avoir lesdites caractéristiques, mais sur l’idée qu’il allait les développer en participant à cette formation. 

L’UFR de Droit, par exemple, a remplacé ses attendus : « Les études de droit exigent indubitablement une réelle capacité de mémorisation, mais aussi d’être capable de mener une réflexion personnelle. Celle-ci doit être servie par une appétence pour la lecture et l’écriture, les mots étant l’arme la plus précieuse du juriste. » par ça : « Les étudiant.e.s du portail 6 doivent avoir une capacité de travail, de réflexion, d’apprentissage et de mémorisation leur permettant de tirer au mieux profit des enseignements, mais aussi une curiosité d’esprit, un intérêt certain pour les débats pouvant même les conduire à défendre des points de vue opposés aux leurs, des qualités évidentes d’expression écrite et d’argumentation orale, ainsi que l’envie de mieux comprendre les débats actuels structurant nos sociétés. » Des questions restent sans réponse quant aux modalités d’examen desdits attendus, dans la mesure où le bac existe.

 

VENDREDI

Voici donc ce que va lire la personne qui souhaite entrer en fac de droit, si le papier trouve un avis favorable au conseil d’administration de Lyon 2. Avant le conseil d’administration, il y a le CFVU. Elle s’est tenue vendredi, le papier ne sera pas présenté au vote ce jour, rien ne sera présenté au vote. La séance s’est déroulée à Bron, dans les locaux de l’IUT, dès 9h. C’est seulement dans la nuit de jeudi à vendredi que le Sénat a fait passer un papier donnant le dernier mot au recteur, non plus au président de l’Université. 

Autour d’un grand trou, les deux niveaux de la salle en deux hémicycles encastrés faisaient face au bureau de la Vice présidente Vie étudiante : en amont, les anciens, en dessous, les jeunes. Les jeunes sont en majorité des étudiants de Lyon 2, non élus dans les conseils. Ils ont répondu présent à l’appel de leurs représentants et ont permis d’éconduire le vote des attendus que doit publier Lyon 2 sur la plateforme Parcoursup. Du coté du personnel de l’université, les grands rhéteurs étaient invités. On retiendra l’intervention du Doyen d’éco-gestion, qui serait prêt à tout réécrire. Faut-il demander une consultation étudiante, portant sur ce qu’ils auraient aimé savoir quand ils ont vu que leur destin les tirait vers Lyon 2 ? Faut il reprendre la notion d’attendus comme ce que le nouvel arrivant à Lyon 2 doit connaitre non pas au sujet de ses cours mais au sujet de ce qu’est une université, les missions qu’elle s’attribue (etc) ?

Les différents points fixés à l’ordre du jour n’ont pas été abordés, le financement des associations est retardé, la signature de différentes conventions est également éconduite.  

 

CETTE SEMAINE

 

La suite se tient mardi 13 février, une assemblée générale prévue à midi à Bron. 

Cette semaine est marquée par le {Festival de désélection}14 et 15 Février. Contacter : deselection2018@riseup.net , pour les lieux des événements. 

Le prochain CFVU se tiendra vendredi matin.