A la rencontre de l'histoire culturelle lyonnaise avec les Frères Flandrins - Le Lumière

A la rencontre de l’histoire culturelle lyonnaise avec les Frères Flandrins


Entretien avec Mr Paccoud, conservateur du musée des Beaux-Arts 

Nous avons tous déjà visité le musée des Beaux-Arts de Lyon. La découverte des collections ne nous prend guère beaucoup de temps. Ce constat est encore plus valable dans le cadre de la visite d’une exposition temporaire. Dans cette optique, la visite ne dépasse jamais plus d’une heure. Néanmoins, il faut savoir que la préparation d’une exposition temporaire est un travail considérable. Nous sommes allées à la rencontre de Stéphane Paccoud, conservateur spécialisé dans les œuvres du XIXème au musée des Beaux-Arts. Ce qui est intéressant, c’est que monsieur Paccoud prépare actuellement une exposition temporaire pour le musée, qui aura lieu en 2020. Oui, 2020. La date nous parait lointaine mais elle est très représentative de travail en amont que la préparation d’une exposition implique.

L’exposition portera sur les frères Flandrins, trois artistes lyonnais du XIXème siècle. L’intérêt pour ces artistes est évident, il s’agit pour le musée de mettre en lumière l’histoire de l’art lyonnais à travers l’école de peinture lyonnaise du XIXème. Ce qui permet de confronter les publics avec le passé artistique lyonnais. Avant de pouvoir visiter cette exposition, monsieur Paccoud doit faire un travail de recherches importants, afin d’avoir un fond de connaissances précis. Nous pouvons ajouter que le poste de monsieur Paccoud est très singulier dans le musée. Il ne dispose « que » d’un siècle, comparé aux autres conservateurs qui disposent de périodes plus longues, ce qui montre bien l’abondance des collections du XIXème et leur importance dans le musée. Ainsi nous comprenons le temps d’organisation que prend une exposition temporaire. Sachant qu’après la recherche, le conservateur doit axer son travail sur l’organisation et le scénario de l’exposition.

Naturellement, une exposition temporaire implique de faire venir des œuvres d’autres musées. Dans ce cas, en vue de l’origine des œuvres, le musée des Beaux-Arts possède déjà un fond de collection important sur les frères Flandrins, qui pour la majorité n’ont jamais été exposées. Une aubaine pour monsieur Paccoud, qui a directement accès aux œuvres. En effet, le fait de faire venir des œuvres, est un épisode relativement long et périlleux durant l’organisation d’une exposition. De plus, Stéphane Paccoud a pu avoir accès à des dessins inédits. Ces dessins montrent clairement la technique de travail des frères Flandrins, qui selon les mots du conservateur nous place « au cœur de la création en train de se faire ».

Le conservateur a encore quelques années pour préparer l’exposition sur les frères Flandrin, fruit d’un travail colossal. Rappelons qu’une exposition ne dure que quelques mois, soit même moins de temps que la préparation en amont ! Néanmoins Stéphane Paccoud travaille dans le but de faire connaître au plus grand nombres ces figures de la peinture lyonnaise. Cette future exposition permettra aux habitants de Lyon et aux visiteurs de découvrir ces artistes, ayant marqué le XIXème siècle lyonnais, et dont la carrière est parfois inconnue.

                                                                                                                Amandine Langlois, Chloé Doutre